Lettres d'Odessa du duc de Richelieu (1803-1814) par Elena Polevchtchikova

July 17, 2019

Lettres d'Odessa du duc de Richelieu (1803-1814) par Elena Polevchtchikova

Titre de livre: Lettres d'Odessa du duc de Richelieu (1803-1814)

Auteur: Elena Polevchtchikova

Date de sortie: September 1, 2014

Broché: 296 pages

ISBN: 2845591098

Éditeur: Centre International d'Etude du XVIIIe siècle

Obtenez le livre Lettres d'Odessa du duc de Richelieu (1803-1814) par Elena Polevchtchikova au format PDF ou EPUB. Vous pouvez lire des livres en ligne ou les enregistrer sur vos appareils. Tous les livres sont disponibles au téléchargement sans avoir à dépenser de l'argent.

Dans le dernier quart du XVIIIe siècle et à la suite de deux guerres victorieuses, la Russie s'ouvre, aux dépens de l'Empire ottoman, de vastes territoires sur la côte nord de la mer Noire. Odessa est fondée en 1794 par Catherine II. Une dizaine d'années plus tard, son petit-fils, Alexandre Ier, confie le gouvernement de la Nouvelle Russie, qui s'étend du Dniester à la mer d'Azov, à son ami Richelieu (1766-1822). Le jeune duc, qui a participé au siège d'Ismaïl (1790), connaît déjà le pays. Il y reste onze ans jusqu'en 1814. La Nouvelle Russie ressemble un peu à ce que sera, quelques décennies plus tard, le Far West - à deux corrections près: aucune menace des peuples autochtones et surtout un fort engagement de l'État qui se manifeste dans l'action de Richelieu et les moyens mis à sa disposition.

La Nouvelle Russie va accueillir des milliers de colons, venus d'Europe occidentale, poussés par les persécutions religieuses ou la misère, tentés par ces grands espaces vides. Il faut les loger, les nourrir, les soigner, leur fournir semences, bétail, matériel agricole, décider des implantations, stimuler les entrepreneurs... Le duc unit une solide formation intellectuelle, puisée auprès des physiocrates, un grand sens de l'administration, un dévouement et une énergie inépuisables, ce qui n'empêche pas des moments de profonde dépression devant la souffrance des colons ou la lenteur des opérations. Les correspondances ici rassemblées tracent le portrait d'un grand serviteur de l'État, sensible et juste, animé par une haute idée de la politique, peu avant qu'il réponde à l'appel de Louis XVIII.